Une réforme du stationnement qui va dans le bon sens !

 

Depuis le 1er janvier 2018, c’est le « big bang » dans le stationnement automobile des villes françaises. Une réforme autorise les villes à percevoir le montant des stationnements et à concéder la verbalisation du stationnement non réglé ou dépassé à des sociétés privées. Comme d’autres villes, Tours a donc passé le cap il y a quinze jours avec une tarification qui incite les automobilistes à utiliser les parkings souterrains pour un stationnement au-delà de 2 heures, puisque le forfait post stationnement est de 25 euros à partir de la 3ème heure.

Malheureusement, après deux semaines de grogne, et on imagine, de courriers ou coups de téléphone de la part d’automobilistes furieux ou commerçants mécontents, la mairie de Tours a été obligée de suspendre ce nouveau système de tarification. Un manque de pédagogie ou d’explication de la nouvelle tarification, des horodateurs difficiles d’utilisation, une absence d’amélioration de la signalétique vers les parkings souterrains semblent en être les principales raisons.

Si la réforme est suspendue pour le moment (et le stationnement gratuit par conséquence), le Collectif Cycliste 37 encourage M. Christophe Bouchet et son équipe municipale à persévérer dans leur démarche de mise en place d’un système de tarification qui libère les rues de Tours d’un mode de déplacement gourmand en espace et générateur de nuisances (pollution, bruit, etc.), incompatible avec la vision d’une ville agréable et attractive.

Tours, place Foire le Roi


La réforme du stationnement portée par la ville de Tours va donc dans le bon sens
pour plusieurs raisons :

  • Elle encourage la rotation des voitures sur les places de stationnement aérien pour en finir avec le phénomène des voitures « ventouses » (70 % des automobilistes ne payeraient pas ou qu’en partie le prix du stationnement). Plus de places libres, ce sont moins de voitures qui cherchent des places pour se garer, donc moins de pollution, et une ville plus agréable à vivre pour ses habitants. En outre, « une meilleure gestion du stationnement permettra de renforcer le dynamisme commercial du centre-ville. Pour les commerçants, un partage plus équilibré de la rue au profit des piétons [et des cyclistes] ainsi qu’une meilleure rotation des véhicules permettra d’attirer de nouveaux chalands. »1

 

  • Avec cette réforme, la ville de Tours maîtrise sa politique de déplacements puisque c’est elle qui touche le montant du stationnement. Cet argent qui va dans les caisses municipales peut servir à refaire les routes mais aussi à se donner les moyens pour mener une vraie politique cyclable et piétonne.

 

  • Libérer les rues de l’emprise de la voiture, c’est aussi à terme redonner de la place aux autres modes de déplacements (la marche, le vélo, le transport collectif) en réfléchissant à un meilleur partage de l’espace : agrandissement de certains trottoirs ou de zones piétonnes, révision du plan de circulation, création d’aménagements cyclables… Tout est imaginable, à condition d’en avoir la volonté !

Pour toutes ces raisons, la réforme du stationnement va dans le bon sens. Et elle peut inciter les tourangeaux à réfléchir et à adopter d’autres moyens de déplacement. Le vélo, par exemple !

1 GART (Groupement des autorités responsables de transports), 10 idées reçues sur la réforme du stationnement.

Pour en savoir plus sur la réforme du stationnement à Tours :

Repères

« – En septembre 2017, la municipalité présente la réforme du stationnement mise en place à compter du 2 janvier 2018. L’amende est remplacée par un forfait post-stationnement de 25 euros et les tarifs augmentent légèrement (de 1,70 à 1,90 en zone rouge). En revanche,
au-delà des deux heures de stationnement, les prix s’envolent. Par ailleurs,
le contrôle passe au privé.
Dès le début 2018, automobilistes et commerçants protestent contre la réforme jugée trop chère et mal comprise. Des dysfonctionnements de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions et des horodateurs aggravent
la situation.
Le 16 janvier, la Ville suspend la réforme et rend le stationnement gratuit jusqu’à nouvel ordre.

[– Le 26 janvier, le Collectif Cycliste 37 soutient la réforme du stationnement telle que mise en place début janvier (cf. ci-dessus).]
–  Le 19 février, reprise du stationnement payant. Le FPS reste identique, le nombre de places, les zones tarifaires et la gratuité de la pause méridienne et après 18 h 30 également.
La durée maximum est fixée à deux heures, mais l’automobiliste peut renouveler son stationnement autant de fois qu’il le souhaite. »

Source : Nouvelle République, A Tours, un nouveau système de stationnement à partir du 19 février, 14 février 2018.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page
Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress | Designed by: seo services | Thanks to seo company, web designer and internet marketing company