Le longtail ou vélo rallongé : le vélo qui remplace une voiture

 

Le longtail appartient à la grande famille des vélo-cargos. Quand on évoque le vélo cargo, certaines personnes ne connaissent pas (du moins, pas le mot) ou pensent au vélo cargo avec caisse, principalement le triporteur, voir le biporteur (avec caisse, la version modulable est encore moins connue). Mais peu de personnes ont entendu parler de cet « oiseau rare » qu’est le longtail ou vélo rallongé. Il s’agit d’un vélo classique, qui a été rallongé et renforcé pour transporter de lourdes charges à l’égal des montures précédemment évoquées 1.

Je me présente, François Dalverny, adhérent au Collectif Cycliste 37 depuis 2012 et bénévole. Je suis auxiliaire de vie et je me déplace exclusivement à vélo.

 

Comment et pourquoi j’ai adopté le vélo en m’installant à Tours

En 2012, j’étais un jeune papa arrivant à Tours. Je me mis au vélo pour aller travailler, avant tout pour des raisons économiques mais également parce que ne possédant pas de permis de conduire. Le côté pratique de cette « monture urbaine » me sauta vite aux yeux. De même que tous les autres avantages qui en découlent :

  • faire du sport au quotidien,
  • prendre conscience du monde qui nous entoure et de nous même (la limite de nos capacités physiques, notre vulnérabilité, …),
  • ne pas polluer, etc.

Au fil des kilomètres, et suite à ma rencontre avec le Collectif Cycliste 37, ce qui était au départ un moyen de transport est devenu une passion, un mode de vie.

Le longtail attaché devant le local du Collectif Cycliste 37.

 

A la recherche d’un vélo adapté à mes besoins

L’envie de promener mon fils grandissant est arrivée très tôt. « Siège enfant ou remorque ? » était mon dilemme d’alors … je ne connaissais pas encore le monde du vélo cargo.
Puis est venue ma fille et la remorque avec kit piéton est devenue le choix qui me semblait évident. Cependant, deux choses me posaient problème : la sécurité et la charge utile.
Est-ce que les autres usagers de la rue seront attentifs à une remorque tirée par un vélo ? Pas sûr, même en mettant deux fanions pour qu’elle soit mieux vue. Et lorsque mes enfants grandiront, comment les transporter sur de longues distances ? Parce qu’ils ne pourront pas forcément suivre sur leurs petits vélos. Il existe certes des remorques qui ont une charge utile élevée, mais elles ne courent pas les rues et ne sont pas données.

Laissant la réflexion faire son chemin, j’ai commencé à voir de plus en plus de vélos cargos apparaître en ville ; tout d’abord des triporteurs, puis des biporteurs. J’adorais l’idée mais le prix était à ce moment-là encore un frein pour moi. Et surtout, habitant en appartement, comment stocker un tel engin ?

Début 2017, je suis tombé sur un article sur le site Cyclable annonçant l’arrivée de la marque Yuba en France (le réseau des magasins Cyclable est le seul à vendre cette marque en France). A la lecture de cet article et au vu des photos promotionnelles, cela devenait pour moi l’évidence : un vélo rallongé sur lequel transporter mes deux enfants, à un coup raisonnable, entièrement modulable et que je pouvais ranger sans problème chez moi.

 

Le longtail : l’essayer, c’est l’adopter

J’ai donc pris contact avec mon vélociste préféré pour prendre des renseignements et faire l’essai.
C’est après l’avoir enfourché la première fois que j’ai été conquis. Le longtail garde, dans sa conduite, l’aisance d’un vélo classique. Il est léger (18 kg hors équipement) et le port de charge est identique à celui d’un vélo classique (dans son positionnement, pas dans la charge transportée : jusqu’à 200 kg pour un longtail, conducteur compris !). Il est électrifiable (si vous n’avez pas choisi une version qui l’est déjà). Et le point de gravité étant décalé vers l’arrière, il se manœuvre tout à fait naturellement.

En forêt de Larçay, avec mes loustics.

 

Le choix délicat du modèle

Dans un premier temps je me suis tourné vers le Mundo V4, la version la plus longue et la plus simple, à moins de 1000 €, pouvant accueillir trois enfants. Mais j’ai finalement essayé le Boda Boda (1600 € environ), version plus compacte, plus équipée (garde-boue, freins à disque mécaniques, trois plateaux au lieu d’un, huit pignons au lieu de sept, pneus ballons pour plus de confort) et tout aussi modulable, ce qui a conforté mon choix. En rouge évidement, pour être vu et parce qu’il est vraiment trop beau !

Au soleil, devant le local de l’association.

 

 

  • La transmission est en SRAM X4 et triple plateau avant.
  • Freins à disque mécaniques avant et arrière Tektro et pneus « ballon »  avant et arrière WTB Freedom 26*1.95.

Pour rappel, voici les charges utiles que peut supporter le Yuba Boda Boda :

110 + 20 + (2 X 25) = 180 kg potentiellement transportés !

Le transport de mes deux enfants

L’équipement étant optionnel, j’ai donc choisi dans un premier temps un siège enfant Yepp Maxi pour ma fille (sur les conseils de mon vélociste), les Monkey barres (barres latérales pour qu’elle puisse se tenir et ne pas chuter du vélo. Elles sont modulables selon si l’on met ou non un siège enfant sur le vélo) pour sécuriser au mieux mes loustics,

un coussin pour mon fils et les reposes pieds et cale-pieds pour l’aider à monter tout seul dessus.

Je vais remplacer la béquille latérale par une béquille double pour plus de stabilité lors du chargement et déchargement.

Pour parer à la soif des trois occupants lors de longues balades, j’ai installé trois porte-bidon : un sur le cadre et deux porte-bidon sur la fourche.

Et enfin un antivol en U Abus UGrip pour sécuriser au mieux ma monture.

Plus tard, je compte compléter :

  • ma panoplie de protection contre le vol en achetant l’antivol de cadre Yuba,
  • le rappel de direction pour garder mon guidon droit lorsque le vélo sera en équilibre sur la béquille double
  • des sacoches adaptées afin de partir en vadrouilles et faire mes courses à vélo.

 

Les équipements complémentaires

En photos et explications, je vous ai présenté ce que sont mes acquisitions  actuelles ou futures. Mais il existe encore d’autres équipements qui peuvent s’adapter sur le longtail et dont je ne vous pas parlé ici :

  • Pour ceux qui souhaiteraient l’électrifier à plus ou moins long terme, c’est tout à fait possible car un emplacement pour batterie est prévu sur le vélo, à coupler avec une roue ayant une dynamo dans le moyeu.

Emplacement disponible pour y intégrer une batterie afin de transformer le vélo en vélo à assistance électrique.

  • Il est également possible d’installer un solide panier à l’avant de la monture, les fixations étant prévues pour.

Certains renforts ont été réalisés pour permettre le port de charges lourdes.

  • Il existe aussi de l’équipement permettant de transporter une personne adulte sur le porte-bagage, ou encore des extensions à placer de part et d’autre de celui-ci afin de transporter de gros cartons par exemple.

Vous l’avez peut-être compris, c’est un vélo plein de ressources et de surprises…
Si vous vous posez des questions en terme de stabilité, en dehors de la béquille double qui me semble un investissement nécessaire, surtout si vous prévoyez de charger essentiellement du matériel lourd et imposant (et dont je regrette l’absence en équipement de série), je voudrais vous rassurer :  le point de gravité du vélo étant décalé vers l’arrière, on apprend vite à le maintenir en équilibre.

N’hésitez pas à faire un essai chez votre vélociste favori pour vous rendre compte de ce que ça donne. C’est clairement ce qui m’a conquis.

 

 

Un vélo en remplacement d’une voiture

Le longtail est peut-être un réel investissement financier, mais il peut largement remplacer une voiture. Et vous aurez le plaisir de vous déplacer avec une bicyclette hors normes !

J’ai récemment découvert récemment un article comparatif entre le longtail et le biporteur où l’on explique que le Boda que j’ai acheté peut se mettre sur un porte-vélo de voiture … ce qui rajoute encore un argument en sa faveur.

A l’heure où j’écris ces lignes, nous avons largement dépassé la barre des 100km avec mes enfants, et nous sommes toujours autant enthousiasmés par la « bête ».

François Dalverny

 

 

1 et bien sûr, moins de gens encore connaissent l’Xtra-cycle : une extension de cycle à installer soi-même sur son vélo pour en faire un cargo rallongé, un tricycle ou un triporteur arrière.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page
Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress | Designed by: seo services | Thanks to seo company, web designer and internet marketing company